Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. 16 octobre et après ?

Les partis politiques de la NUPES, PCF, FI, EELV et PS appellent à une manifestation contre la vie chère. Pour moi, cela ne mérite pas les polémiques lancinantes qui poussent plus à la démission qu'à l'action que les syndicalistes n'ont pas attendu pour se mobiliser courageusement, avec cette pointe des salariés de TOTAL Energie qui mérite solidarité autant que respect.

Nous ne sommes plus au temps de Billancourt. La France subit, comme tout le monde capitaliste, les effets d'une stratégie très subtile des barons de la finance française et internationale. Le salariat est dispersé, le travail est individualisé et les aménagements du territoire sont inégalement répartis avec un poids très fort du clanisme urbain qui pèse sur les campagnes souvent plus considérées comme le terrain de jeu de la détente des cités que comme des lieux respectables et épanouis de vie.

De cela ressort une évidence. Il faut adapter les formes de luttes à cette réalité en menant une bataille sans relâche dans l'opinion publique contre le fatalisme autant que contre la tentation d'une extrême droite prête à cueillir les fruits de la crise pour s'installer au pouvoir, comme en Italie et en Suède, pour ne citer que ces deux pays.

Dans ce contexte, la gauche se doit de donner des signes de rassemblement, ce qui n'empêche pas chaque parti d'avoir sa propre démarche dans le combat général pour une alternative progressiste au capitalisme. Nous savons que Mélenchon et la FI veulent étouffer toute diversité dans la gauche et féodalisme le mouvement syndical, ce que faisait hier le PS avec le résultat que l'on sait.

Ce n'est pas en passant son temps à tomber dans les polémiques que suscitent les propos provocateurs de quelques excité(e)s et d'autres qu'on avancera d'un pas pour changer le rapport de force actuel qui est, élections partielles obligent, très favorable à la droite et à l'extrême droite.

Alors ?

  • OUI, il faut participer autant que soutenir les luttes des syndicats et des associations ;
  • OUI, il faut réconcilier le peuple et la gauche sur le terrain très multiple des attentes sociales et sociétales. OUI, il ne faut pas contrarier cette volonté du « ENSEMBLE » qui dépasse largement le cadre étroit des lieutenant de la démagogie politicienne et ne peut s'exprimer que par une seule forme de lutte ;
  • OUI, il faut savoir, comme nos anciens hier, apporter sa pierre à la reconstruction d'une gauche qui a perdu la confiance du peuple en agissant là où les gens vivent, au travail et dans les cités ;
  • OUI, il faut faire tout ça sans voir des ennemis partout sous le prétexte que certaines ou certains dirigeants de la gauche oublient le sens des responsabilités qu'ils doivent à ceux qui les ont élus ;
  • OUI, il faut relier tous les combats à celui de la PAIX, dans un monde où le capitalisme ne peut surmonter sa crise qu'en liguant les peuples les uns contre les autres dans les dizaines de conflits armés qui risquent de nous amener à une vrai et terrible 3e guerre mondiale.

ON CONTINUE. La lutte, ce n'est pas qu'un 16 octobre. C'est tous les jours où le soleil se lève… et comme on fait son lit on se couche, heureux d'avoir fait avancer les choses autour de soi.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d’Yvon Huet. 16 octobre et après ?

le 09 octobre 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64