Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. Débordements ? Oui bien sûr

Un « expert » de France Info s'interrogeait ce matin à la faveur d'une interprétation très minimaliste du mouvement de grèves et manifestations du mardi 18 octobre. Les syndicats étaient donc jugés en échec parce qu'il n'y avait pas eu de grand soir… mais il s'inquiétait d'une prolongation perlée du mouvement avec une tendance gilets jaunes tant les motifs de mécontentements fusent dans toute la société.

Les partisans de la « spontanéité » d'un mouvement dont on sait maintenant qu'il ne peut qu'aboutir à une impasse et à un renforcement de l'extrême droite font feu de tout bois. Le peuple contre les syndicats et accessoirement contre le pouvoir en place, ils en rêvent, à droite comme dans une certaine « gôche » malheureusement…

Ils ont tout faux. Pourquoi ? Tout simplement parce que les syndicats, notamment la CGT, ne demandent qu'à être débordés dans un temps d'insupportabilité où tout le monde sait que rien ne se fera sans un mouvement social au moins aussi fort, même s'il est différent dans la forme, qu'en 1995 et je sais que mes camarades syndicalistes n'ont pas fait la sieste ce matin parce qu'ils continuent leur travail de mobilisation sans calcul rhétorique.

Côté politique, c'est simple. L'union avec le mouvement social doit se faire en sachant que la NUPES est une association de partis qui ont des points communs essentiels et des différences suffisamment claires pour que chacun y trouve son compte sans être obligé de se prosterner devant le candidat au pouvoir suprême.

Sur ce point aussi, les médias font ce qu'il faut pour flatter les uns tout en désespérant les autres. Les barons de la finance ne nous déroulent jamais le tapis rouge sur les plateaux des médias qu'ils manipulent comme ils l'entendent.

Côté communistes, et c'est mon choix, l'existence d'un mouvement social ne peut qu'enrichir le contact et le débat pour exiger une alternative politique à gauche crédible dans notre pays.

Les jours heureux, ce n'est pas du passé. C'est la perspective la plus audacieuse et aussi la plus réaliste parce qu'elle s'attaque au pouvoir financier. Sans le remettre en cause, nous savons que la gauche ne fera toujours que passer au pouvoir, comme ce fut le cas hier. Au XXIe siècle, on peut tenir compte des expériences du passé pour rêver d'un avenir où démocratie, remise en cause du pouvoir des riches et bien être collectif feront bon ménage. C'est aussi un bon sujet de congrès du PCF.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d’Yvon Huet. Débordements ? Oui bien sûr

le 19 octobre 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64