Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 

 
 

Foyer Rural
Saint-Paul-de-Fenouillet

Samedi 26 novembre à 17h

En ce 80e anniversaire de la rafle des juifs étrangers du 26 août 1942, il nous est apparu nécessaire de replacer ce crime du gouvernement de Vichy dans le contexte de la montée de la xénophobie et de l’antisémitisme dans les années 30. Fruit de la propagande de l’extrême-droite, l’essor de la peste noire fut favorisé par les conséquences sociales de la crise de 1929 et les tensions liées à la guerre d’Espagne. Toutefois, dans le petit centre industriel qu’était Saint-Paul-de-Fenouillet, la population ouvrière, en partie composée de travailleurs immigrés, résista et même manifesta sa solidarité aux Républicains espagnols, en particulier lors de la Retirada.

À la suite de la déclaration de guerre en septembre 1939, puis à l’occupation de la zone Nord par les Allemands fin juin 1940, on vit arriver à Saint- Paul-de-Fenouillet des Juifs étrangers. En juin 1941, ils étaient 27 à y vivre après un parcours souvent marqué par l’internement dans des camps :  Saint-Cyprien, Gurs dans les Basses-Pyrénées, Rivesaltes… Lors de la rafle du 26 août 1942, huit d’entre eux furent arrêtés à Saint-Paul-de-Fenouillet et conduits au camp de Rivesaltes. Toujours encadrés par des gendarmes français, ils furent transférés à Drancy et livrés aux Allemands qui les déportèrent au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Si, devant les réactions suscitées par cette rafle, les autorités françaises n’en organisèrent plus, les Allemands continuèrent à arrêter et à déporter les Juifs.  Soit au cours d’opérations de police comme celle qui aboutit en juin 1944 à l’arrestation de 3 Juifs étrangers vivant à Saint-Paul-de-Fenouillet. Soit à la suite de dénonciations comme ce fut le cas pour Otto Freundlich qui, après avoir habité à Saint-Paul, s’était caché à Saint-Martin-de-Fenouillet. En revanche d’autres habitants cachèrent des « indésirables » étrangers comme ce fut le cas d’Otto Weinmann par Marcelle et Marius Ribes de Maury.

C’est cette page méconnue de l’histoire du Fenouillèdes que Georges Sentis, docteur en Histoire évoquera.

 

 

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64