Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Révolution numérique et PCF. Contribution de Joëlle Allemand (section de Perpignan)

Depuis des années, l’ère numérique dans laquelle le monde entier est plongée, est utilisée par le système capitaliste pour augmenter les différences entre les citoyens (les riches et les pauvres). Un nouveau terme est apparu : l’illectronisme ou illettrisme numérique qui touche les plus vulnérables. Il résulte de l’inaptitude d’une personne à utiliser les outils numériques. Ce phénomène touche 17 % de la population française, soit 13 millions de personnes. Il est un enjeu d’égalité entre les territoires, d’accès aux droits et d’insertion sociale. (source INSEE).

Les communistes doivent s’emparer de ce problème et ne doivent pas être à la traîne dans ce domaine. C’est toute notre politique progressiste qui est en jeu.

Lors du dernier congrès (38ème), il était déjà noté : « La révolution numérique et informationnelle appelle le développement des capacités humaines et le partage dans un monde dominé fondamentalement par l’appropriation et la priorité donnée au capital… La révolution numérique bouleverse les entreprises : que cela soit au niveau du fonctionnement des collectifs de travailleurs, du statut des personnes qu’elles font travailler et des rapports avec les sous-traitants, les filiales et les clients. Plus de 22 % des entreprises pratiquent le télétravail ou le travail nomade… Le numérique change le travail. Le travailleur est enjoint à s’adapter, à réagir toujours plus vite et plus, à créer en permanence dans un environnement où il doit « coopérer » avec des robots ou des algorithmes, avec le risque de perte de maîtrise sur son travail, de burn-out et d’invasion de la vie privée par le professionnel… La révolution numérique a bouleversé la manière de faire de la politique, les relations sociales, les représentations et la construction des opinions. Elle a créé de nouveaux processus et lieux de politisation. Il nous faut nous en saisir pleinement, tout en élaborant des formations permettant à chaque communiste d’y accéder et combattre ainsi la fracture numérique au sein même de notre parti… Ces moyens technologiques sont une aide au travail militant qui ne remplace pas les débats nécessaires dans les organisations territoriales et d’entreprises. »

Le thème avait déjà été abordé dans des textes de congrès précédents mais n’a pas été repris dans le parti à tous les niveaux.

À la révolution industrielle -XVIIIe siècle en Grande Bretagne, un peu plus tard en France- s’est substituée, vers la fin du XXe siècle, une nouvelle révolution technologique – révolution informationnelle pour certains, révolution numérique pour d’autres qui transforme profondément le travail et les conditions de travail, et que le capitalisme a largement utilisée jusqu’ici en ne modifiant le travail que dans son propre intérêt.

Face au constat du retard pris par rapport au numérique (net et réseaux sociaux) des adhérents du PCF, il est temps de reprendre le pouvoir sur tous les terrains, de s’impliquer dans ces nouvelles technologies.
Au-delà de la question du travail (mais en partie lié) il y a tous les problèmes concernant la communication issus de l’apparition d’Internet et l’importance prise par les réseaux sociaux sur lesquels nous sommes partiellement en retard. Mais surtout il y a l’insuffisance de formation qui met en difficulté de nombreuses personnes à partir du moment où les services publics font de plus en plus tout passer par internet.

Il incombe entre autres au PCF de développer et de faciliter l’usage de ces nouveaux moyens. Sachant que ce n’est pas l’aspect le plus fondamental de la révolution numérique mais son aspect le plus concret.

Chaque fédération, et section doit avoir le souci de former les membres du PCF à l’aspect le plus fondamental de la question (voir la citation du dernier congrès, ci-dessus) comme elle doit trouver des personnes ressources qui accueilleraient régulièrement (à définir) les camarades et sympathisants dans leurs démarches administratives et les familiariseraient à minima aux réseaux sociaux pour qu’ils puissent relayer à leur tour les idées progressistes de notre parti.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Révolution numérique et PCF. Contribution de Joëlle Allemand (section de Perpignan)

le 23 novembre 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64