Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le service public du rail, un atout pour la transition écologique

Contrairement à d'autres Régions, l'Occitanie a miser sur le train pour réussir l'indispensable transition écologique.

Il n’est pas trop tard pour agir. Les poussées caniculaires témoignent de l’urgence. Des décisions politiques radicales à la hauteur de la situation sont nécessaires. C'est la raison pour laquelle la Région Occitanie a fait le choix du développement du rail géré par le service public. Carole Delga, la présidente de Région, et Jean-Luc Gibelin, adjoint communiste aux Transports, œuvrent sans relâche pour rouvrir et développer les petites lignes, mettre en place les lignes à grande vitesse, construire des pôles multimodaux, développer une politique tarifaire attractive… en gardant la maitrise publique de ces investissements.

Cette politique ne pourrait pas être suivi si la Région avait relayé la politique néolibérale d'affaiblissement de la SNCF en permettant aux entreprises privées de la concurrencer. Ces entreprises qui font la course aux profits pour engraisser leurs actionnaires, ne peuvent pas se projeter contre le réchauffement climatique, elles en sont même les causes.

Un véritable service public

Pourtant l’entreprise publique et ses agents, demeurent incontournables et les mieux à même de relever les défis. En Occitanie la SNCF est obligée de suivre grâce à un partenariat solide avec les collectivités locales, la Région en tête. L’État doit suivre cahin-caha et sa participation financière, indispensable, est de plus en plus en retrait, obligeant les collectivités locales à compenser ce désengagement.

Le bilan de la libéralisation du fret ferroviaire devrait servir de leçon. Entre 2001 et 2018, « les volumes transportés par le train sont passés de 50 milliards de tonnes km à seulement 33. La part modale du fret ferroviaire en France est tombée à 10 % », rappellent les députés communistes dans leur projet de résolution pour exiger une commission d’enquête parlementaire sur le sujet.

Le choix du gouvernement de saborder Fret SNCF pour éviter des sanctions de la Commission européenne, est gravissime. Il met sur les routes quotidiennement des milliers de camions. Cette politique mortifère, en fermant « les petites lignes non rentable », obligent des millions d'automobilistes à prendre leur véhicules.

Les causes du réchauffement climatique sont justement à chercher du côté d’un libéralisme effréné. Faire le choix du service public est une question de survie, pour tous.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le service public du rail, un atout pour la transition écologique

le 23 juillet 2023

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64