Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Assemblée générale de rentrée du PCF 66. Intervention de Marie-Françoise Sanchez

Chère et cher camarade,

Nous tenons notre AG départementale de rentrée un peu après la rentrée certes, mais pour 3 raisons :

  • Nous sommes un département renouvelable du point de vue des sénatoriales, ce qui nous a beaucoup mobilisé.
  • Nous avions prévu l’initiative « cultures de Paix » du 18 au 24 septembre qui elle aussi a bien mobilisé
  • La fête de l’Huma est passée par là…une très belle Fête mais beaucoup de fatigue ! Merci à toute l’équipe.

Donc comme nous souhaitons avoir un débat serein et constructif, nous avons préféré choisir la date du 28. D’autant que cette AG constituera un moment de débat préparatoire, sur nos choix pour l’élection européenne, pour notre conférence européenne du 14 octobre prochain.

Je vous proposerai d’aborder 4 sujets :

  • Les sénatoriales
  • La campagne contre l’inflation et la vie chère
  • La Paix
  • Les élections européennes

Et de terminer par quelques propositions pour la vie de notre fédération.

1°) Je voudrais en premier lieu dire justement quelques mots sur les élections sénatoriales.

La progression nationale de 2 sièges montre la dynamique que nous sommes capables de porter malgré l’attitude exécrable de la FI, en droite ligne de son attitude insultante à l’égard de notre secrétaire national Fabien Roussel traité de Doriot et dont je me félicite de l’immense élan de solidarité à son égard, et qui a empêché l’élection de 2 autres sénateurs, dans l’Essonne et la Dordogne. Je voudrai revenir chez nous.

Tout d’abord pour remercier Lola et Pierre du travail de terrain important qu’ils ont fourni. Des centaines d’élus rencontrés autour d’initiatives ou de visites, des dossiers de soutien aux maires de la ruralité -suivis jusqu’au bout- et bien tout cela a porté. D’abord nous avons fait obstacle au RN.

Avec 142 voix pour notre binôme nous doublons les voix de la dernière élection et allons au-delà de la candidature de Philippe Galano, porté par un véritable accord PC/PS et qui avait recueilli 126 voix au premier tour de 2011. En pourcentage, compte-tenu du nombre plus important de grands électeurs, nous restons autour de 11,5. Alors que le PS baisse et ne retrouve pas l’étiage de 2017 malgré le retrait des Verts au deuxième tour. La réalité montre l’absence de dynamique à gauche et une volonté de FI surtout, mais aussi des Verts, de tester leur capacité de nuisance à défaut de leur hégémonie. En présentant Robert Garrabé, le PS a choisi de ne pas permettre un véritable binôme PC/PS pas plus que 2 binômes issus des formations de la gauche. Malgré nos interventions, nos demandes répétées et la constitution d’une plate-forme départementale, nous n’avons pu aller vers des appels communs. C’est pourquoi, notre résultat et la confiance qu’il témoigne de la part de maires et d’élus de la ruralité, au-delà de notre camp, doit être un point d’appui pour notre campagne contre la vie chère. Avec un plan d’austérité de 15 milliards les collectivités vont beaucoup souffrir.

2°) En effet ce qui caractérise cette rentrée c’est la flambée des prix, avec des hausses des produits de premières nécessité et de l’énergie, qui atteignent des sommets et appauvrissent une grande majorité de français (comme par ex le sucre et ses 82,3 % d’augmentation ou les plus de 23 % pour le charriot type). Les amenant à des choix insupportables entre manger, se vêtir au détriment des vacances et de la culture. C’est la faillite de nombreux artisans qui ne peuvent plus supporter toutes ces augmentations, notamment l’énergie et les matières premières, et mettent la clef sous la porte !  C’est plus de 1000 entreprises qui sont accompagnées par la chambre des métiers -jusqu’à quand-et c’est plus de 215 qui sont devenues récemment défaillantes. Dont beaucoup qui concernent la vie quotidienne de nos villages, comme des boulangers, bouchers, serruriers… ! Et nous tenons notre AG après un été exceptionnellement sec et qui a mis à mal bien de nos exploitations viticoles et agricoles. Nous aurons à y réfléchir ensemble. Mais je pense que nous le ferons avec l’aide de notre « commission environnement » qui ne manquera pas de relayer et enrichir le plan « Climat » que notre Parti présentera le 6 novembre.

C’est aussi une inquiétude permanente pour l’avenir des enfants. M Macron a dit « un enseignant devant chaque classe » ! Nous sommes bien loin du compte dans notre département, avec une demande de 18 ouvertures de classes dans le primaire et l’élémentaire. Et au collège, là où justement il faudrait redoubler d’effort, c’est la question des remplaçants qui se pose !  Je voudrai m’arrêter sur le sort de l’enseignement supérieur. La ministre Retailleau veut mettre en place des labels, soi-disant pour lutter contre la progression de l’enseignement privé dans le supérieur ! Mais la mise en place de tels labels c’est la mort assurée de facs de taille moyenne comme la nôtre, déjà bien mise à mal par « Parcours Sup » et qui voit ses effectifs en baisse cette année ! Nous devons avoir une vigilance attentive à cet égard et échanger avec les étudiants communistes pour aider à construire des actions.

Mais la rentrée c’est aussi l’augmentation insupportable du prix des carburants. Avec un carburant autour des 2 euros c’est un véritable étranglement. Et dans un département rural comme le nôtre, c’est la double peine. L’éloignement des lieux de travail des lieux de résidence, amène beaucoup d’habitants de notre département à utiliser une voiture. D’autant que notre réseau ferroviaire est très loin de répondre aux besoins de ceux qui doivent travailler ou chercher du travail. Et ce n’est pas la prime de 100 € par an pour les plus modestes, qui va réduire la fracture. Ce qui permettrait de la réduire c’est une diminution de la taxe perçue par l’état, c’est une TIPP flottante et une taxe sur les profits des pétroliers (+ 200 milliards de profits en 2022), avec un retour de l’ISF. C’est d’ailleurs ce que nous avons demandé lors de notre distribution de tracts aux péages autoroutiers cet été et nous avons été très bien accueilli. Les gens comprennent bien que c’est par là qu’il faut en passer si nous voulons réellement faire baisser les prix. Et c’est un plan de développement du transport collectif, tel que celui que nous avions présenté autour du « RER » catalan, qu’il est urgent de mettre en œuvre.

C’est pourquoi le Conseil National du 9 septembre dernier, après avoir analysé la situation de la rentrée, a décidé de proposer à tous les communistes de lever le ton, de mettre notre force collective dans la bataille contre l’inflation et les profits, contre la vie chère. C’est d’urgence sociale dont il s’agit ! Il faut profiter de la notoriété de Fabien Roussel, mais il faut aussi que chaque communiste, copropriétaire de son Parti trouve sa place dans cette campagne ! C’est pourquoi la direction nationale a proposé de faire du Week-end des 30 septembre et 1er octobre, un grand moment de visibilité, de ripostes et d’actions, devant les supermarchés, les marchés, les préfectures, les stations-services …avec un tract et une pétition.

Pour notre part compte-tenu de ce que j’ai dit précédemment, nous vous proposons de reporter ces actions, sauf pour les sections qui les ont déjà anticipées, au week-end prochain les 7 et 8 octobre et de poursuivre toute la semaine d’après pour préparer la grande manifestation européenne et unitaire contre l’inflation et pour l’augmentation des salaires et des pensions du jeudi 13 octobre. Des affiches, tracts à tirer à la demande et pétitions seront à votre disposition.

Cette campagne doit nous permettre de faire connaitre nos propositions (augmentation des salaires et des pensions, la baisse des taxes sur les carburants, la sortie des logiques du marché européen de l’énergie, le conditionnement des aides publiques au respect de critères sociaux et environnementaux …) et de travailler un large rassemblement situant les responsabilités, s’inscrivant dans une transition écologique et porteur d’espoirs.

3°) Enfin cette rentrée c’est l’inquiétude quant à l’évolution de l’état du monde. Partout les guerres se développent, en Afrique, en Asie et bien sûr en Europe avec l’Ukraine et le Haut Karabakh. Elles dévastent des pays entiers et jettent sur les routes des populations qui ont tout perdu. Elles font peser le spectre d’une guerre nucléaire.

Comme le disait Jean Solbes, ancien conseiller technique auprès de l’ONU, lors d’un débat de notre belle fête du TC de juillet dernier, nous assistons à la volonté américaine de confirmer sa domination mondiale et son retour en Europe. On peut dire qu’avec le renforcement du rôle de l’Otan, elle a réussi à garantir un rapport de forces en sa faveur et à assurer un développement des ventes d’armes comme jamais.

Il est temps de dire stop ! place aux solutions négociées et diplomatiques. Il ne s’agit plus de désigner l’un ou l’autre, comme continue de le faire les médias et Zelenski, il s’agit de parler de Paix ! Du monde des Jours Heureux et pas du monde de la guerre.

C’est le sens que nous avons donné à la semaine « Cultures de PAIX ». En étant à l’initiative de cette manifestation autour du 70ème anniversaire du don par Picasso de la Sardane de la paix, à la section de Céret du PCF, nous avons lancé une dynamique. Nous avons su rassembler associations, municipalités, monde de l’éducation et de la culture pour porter haut et fort ce message « Non à la guerre et oui à la vie et à la Paix » !

Des centaines de personnes, jeunes et moins jeunes ont participé à des conférence, des visites, des repas, des spectacles. Ils ont entendu les propositions du PCF lors du discours de Léon Deffontaines, chef de file des candidats communistes à l’élection européenne, à Céret. Ils ont participé à une formidable chaine humaine le 21 septembre et fait connaissance de Léo Garcia, le coordonnateur de la JC. Ils ont demandé l’arrêt des guerres, la signature du TIAN et la Paix !

C’est un formidable point d’appui pour continuer. Merci à Michel Coronas, à Hervé Bégué et à tous les camarades et amis qui ont permis ce grand succès. Vous pouvez toujours acheter du vin et prendre un ticket de soutien. Une lithographie est en vente au prix de 20€.

4°) Nous ne pouvons pas parler de Paix sans aborder la question du rôle de l’Europe et des élections européennes.

Le 9 juin 2024 auront lieu les élections européennes. Conformément à nos statuts et aux décisions de notre dernier congrès, privilégier un candidat communiste à chaque élection, le CN a fait un appel à candidature en son sein. Il y a eu 2 candidats : Frédéric Boccara et Leon Deffontaines (ancien secrétaire de la JC). C’est Leon Deffontaines qui a été choisi. Il est donc devenu notre chef de file. Il convient que nous le fassions connaître.  Notre ambition, c’est que dans cette élection à la proportionnelle, nous fassions plus de 5 % et ayons 5 député-e-s! Il aura besoin de chacune et chacun  de nous pour porter toutes nos ambitions européennes et atteindre ce résultat. Je vais juste rappeler quelques-unes d’entre elle.  Dans le document d’orientation adopté par le CN des 1er et 2 juillet dernier et qui s’intitule « Une France pour une Europe de peuples libres, souverains et associés, répondant aux urgences sociales, démocratiques, climatiques et de Paix », le premier paragraphe commence ainsi : « Nous voulons une Europe au service de la démocratie, de la Paix, du progrès social et du climat, libérée du poids de la finance et des logiques capitalistes ». Nous voyons que nous en sommes bien loin et que nous devrons collectivement produire beaucoup d’efforts ! En ce qui concerne la Paix, la question de l’élargissement de l’UE et notamment de l’entrée de l’Ukraine dans l’UE, va être un point de crispation. À gauche nous sommes les seuls à plaider pour un statut de neutralité de l’Ukraine, seul moyen d’éviter une escalade guerrière et permettant une démarche DIPLOMATIQUE de sortie de guerre.

Nous sommes aussi les seuls à avoir toujours dénoncé les traités austéritaires de l’Europe, à commencer par le Traité de Maastricht. La crise Covid avait mis sous le boisseau les questions de l’austérité. Elle revient en force, et Bruno Demande l’anticipe avec son plan d’austérité de 15 milliards.

C’est pourquoi une mesure forte de notre campagne pourrait porter sur l’élargissement et l’austérité avec la demande d’un référendum.

L’environnement et la lutte pour la préservation sera également un sujet majeur de cette élection. La neutralité carbone repoussée à 2050 montre le manque d’ambition de l’Europe pour le climat. Notre plan Climat Empreinte 50, présenté le 6 novembre prochain constituera un moment fort. Il s’agira que chacun d’entre nous s’en empare pour ouvrir un nouvel espoir.

La question du devenir de la PAC, la nécessité de la refonder devra faire l’objet de proposition fortes.

Ainsi que bien entendu celle des Services publics.

De même notre campagne devra défendre la souveraineté politique, démocratique, industrielle, énergétique, agricole, alimentaire…

La proposition est que ce texte d’orientation serve de base aux discussions de la conférence européenne du 14 octobre prochain et à sa préparation. Elle sera composée des membres du CN, des parlementaires et invités, des secrétaires fédéraux et d’un délégué par FD. Elle permettra de valider et d’enrichir les axes de la campagne, d’adopter la stratégie du PCF et d’avancer sur la construction de notre liste.

Les critères pour la constitution de la liste :

  • Représentation de forces politiques partenaires
  • Des syndicalistes et des travailleurs impactés directement par les directives européennes comme les énergéticiens.
  • Des élus, relais dans les territoires.

Il est demandé à chaque FD une proposition d’un binôme à parité. Ainsi qu’un référent pour la campagne. Durant ce trimestre nous allons discuter dans nos cellules et section sur notre stratégie et nos candidats. Un relevé de discussion globalisé sera envoyé au CN.

Un vote interviendra début janvier SUR LA LISTE.

*****

Comme vous le voyez, nous avons bien des tâches devant nous, et l’investissement de chacune et chacun d’entre nous sera nécessaire pour relever les défis.

Cependant notre FD est en meilleure position pour les relever depuis le premier septembre.

En effet, depuis le 1er septembre, et avec l’accord du CD nous avons embauché Olivier Patrouix Gracia comme permanent. Il travaillera plus particulièrement sur la communication, la jeunesse et l’orga et la vie du Parti. A ce titre il a déjà pris contact avec vous. Il s’agit d’aider les sections à mieux fonctionner et permettre à tous les adhérents de prendre leur place. Nous savons que si nous laissons passer trop de temps entre l’adhésion et la mise en mouvement c’est plus difficile.

Nous souhaitons aussi, dans le même état d’esprit remettre en marche nos commissions. L’orga, la formation, la communication les entreprises, le TC pour lesquels des camarades se sont manifestés.

La commission environnement a continué de fonctionner.

Il s’agit d’élargir notre intervention, aussi bien à la fédération que dans les sections.

Je voudrai m’arrêter sur le concret de notre politique. Nous voyons bien que lorsque nous proposons des initiatives près du terrain -fête du TC, de l’Huma, rifles, repas, collectes …, les communistes se mobilisent plus. C’est pourquoi nous organiserons dans ce dernier trimestre une collecte pour les étudiants. C’est notre camarade Martine Croix, de Perpignan, membre de l’exécutif, qui est responsable de cette action. Elle organise une réunion de préparation le 5 octobre à 18h à la section. Chaque section est priée d’y envoyer 1 ou des référents.

Enfin en ce qui concerne le WE des 7 et 8, tracts et pétitions seront à disposition en précisant le nombre auprès de Frédérique.

Nous souhaitons faire des opérations de visibilité en mettant des tracts sur les voitures des Supermarchés de Perpignan (Leclerc, Auchan) et de Carrefour Claira. Besoin de volontaires.

Je vous remercie de votre attention.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Assemblée générale de rentrée du PCF 66. Intervention de Marie-Françoise Sanchez

le 28 September 2023

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64