Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Ukraine. Macron « joue » à la guerre

Comme le disait l’écrivain pacifiste Anatole France : « On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels. » Dans sa lignée de président des riches Emmanuel Macron se voit en chef de guerre.

Deux ans après le début de la guerre en Ukraine, l’action du fonds d’investissement l’ETF VanEck Defense, qui regroupe de grands industriels de l’armement, notamment en France, vole de record en record. Le cours de ce panier d’actions, premier du genre en Europe, a fait une poussée à 27,23 euros, en hausse de 20 % depuis le début de l’année et de près de 50 % depuis son introduction, il y a presque un an.

Ce sont bien les grands majors de l'armement qui ramassent le magot. Le rêve de Macron n'est donc pas innocent. Il y a bien une question d'argent derrière. Le président caresse le rêve immoral de voir l’industrie française, exsangue après des décennies d’abandon, de sous-investissement et de délocalisations, de repartir sur la base d’une économie de guerre, balançant au passage, tous les conquis sociaux. Pour y parvenir, il n’hésite pas à donner constamment du menton et à jeter de l’huile sur le feu. Mais ce n'est pas sans risque d'ailleurs les partenaires traditionnel de la France comme l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne s'en inquiètent.

Cela suscite aussi une grande inquiétude chez la majorité des Français, qui la manifestent à travers les sondages. Nous ne sommes plus au temps de la deuxième guerre mondiale où les morts se comptaient par dizaines de millions. C'est bien par centaines de millions qu'il faudra les compter, voire la possible destruction entière de l'humanité sous les effets dévastateurs du feu nucléaire.

L'inconscience de Macron

Emmanuel Macron aime jouer au petit soldat en voulant être le chef. Mais voilà il est le Président de la République et à ce titre il ne peut pas faire n'importe quoi. Pour certains cela révèle une part d’immaturité. D’autres, y compris à droite, invoquent l’irresponsabilité du chef de l’État, rappelant que, dans une période conflictuelle de haute intensité, une parole a des conséquences directes sur le déroulement des événements.

Son langage guerrier n'est pas une première. Déjà, il y a quatre ans, lors du début de l'épidémie du Covid, le président pris la parole devant tous les français. Non pour nous informer sereinement de la situation et des mesures à prendre afin de faire face mais pour lancer d’un ton martial : « Nous sommes en guerre ! » en s’imaginant sans doute en chevalier blanc pourfendant la maladie. On connaît la suite : le chevalier blanc s’est éclipsé, tandis que le personnel d’un hôpital mis à mal par le régime libéral se tuait littéralement à la tâche pour sauver des vies.

Travailler d'arrache pied pour arriver à un cessez-le-feu et obtenir la paix entre Russe et Ukrainien est donc primordial.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Ukraine. Macron « joue » à la guerre

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64