Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

21 avril 1944. Enfin le droit de vote des femmes

96 ans après les hommes, il y a 80 ans les femmes obtenaient le droit de vote. Après 150 ans de luttes acharnées, l'ordonnance d’Alger amenait la pleine citoyenneté aux femmes.

Le 80e anniversaire du droit de vote des femmes en France rappelle combien cette conquête fut un très (trop) long combat. Mais la place des femmes dans le débat public reste à conquérir aujourd’hui. Les femmes ont toujours arraché leurs droits grâce à leurs luttes.

Pendant longtemps le suffrage universel n’eut d’« universel » que le nom. Il fut un leurre puisque les femmes, considérées comme des sous-citoyennes incapables de discernement, en étaient exclues, confinées à la sphère privée.

La révolutionnaire Olympe de Gouges, après avoir écrit dans le marbre : « la femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune », paya de sa tête ce combat pour l’égalité en 1791. En 1925, la première femme élue en France, la sardinière communiste Joséphine Pencalet, sera humiliée par le Conseil d’État lorsque celui-ci annulera son élection pour une seule raison : elle était femme !

L’injustice réparée

Mais on ne leur a pas donné, ni accordé : elles l’ont gagné après plus de 150 années de lutte acharnée, 96 ans après les hommes. Car en 1848, le suffrage universel n’est alors que masculin. Ce jour d’avril, l’ordonnance d’Alger portant sur l’« organisation des pouvoirs publics en France après la Libération », inscrit à l’article 17 : « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ».

Durant des décennies, l’idée infuse et le suffragisme se développe. En 1909 est créée l’Union française pour le suffrage des femmes, puis, est créé le Conseil national des femmes.

L’amendement qui vise à parfaire une égalité complète de droits politiques entre les deux sexes est déposé par un communiste, Fernand Grenier, et voté le 24 mars 1944 à l’Assemblée consultative provisoire à Alger, par 51 voix contre 16.

Pour le sénateur Alexandre Bérard, du Parti Radical, chef de file de cette opposition en 1919 : « plus que pour manier le bulletin de vote, les mains de femmes sont faites pour être baisées, baisées dévotement quand ce sont celles des mères, amoureusement quand ce sont celles des femmes et des fiancées : séduire et être mère, c’est pour cela qu’est faite la femme ».

80 ans après, que reste-t-il ? Pour le PCF, il est « impossible de dire que l’égalité femmes-hommes est pleinement réalisée ». Les chiffres le prouvent : « les femmes sont loin de représenter la moitié du corps politique ni, au sein de celui-ci, la moitié des plus hautes fonctions ». Le combat n’est pas fini.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

21 avril 1944. Enfin le droit de vote des femmes

le 21 April 2024

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64