Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Gaza. Les étudiants solidaires

Malgré une sévère répression, les étudiants américains se mobilisent, ils ne supportent plus le véritable génocide commis par Netanyahou à l'encontre du peuple gazaoui. En France, les étudiants de La Sorbonne, de Science-Po… leur emboitent le pas.

L'attaque terroriste impardonnable du Hamas, le 7 octobre dernier, contre le peuple israélien faisant des centaines de victimes a permis la poursuite de la politique sioniste de Netanyahou. Celui-ci se permettant de riposter sans discernement par un pilonnage constant de la bande de gaza, détruisant tout sur son passage, affamant un peuple et faisant des milliers de morts.

Plusieurs forces internationales, craignant un génocide, réclame un cessez-le-feu immédiat. L'ONU a voté en ce sens de multiples résolution. L'Afrique du Sud a fait condamné Netanyahou pour crime contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI).

Des pays comme les États-Unis et la France après avoir voté contre les résolutions de l'ONU, s'abstiennent maintenant sous la pression des opposants à la guerre. Ils se font actuellement beaucoup plus discrets pendant que leurs industries de l'armement font leur beurre. Mais ils n'oublient pas la répression contre leurs étudiants qui crient halte au génocide qui se prépare.

Les étudiants contre la sauvagerie

Aux États-Unis les manifestations étudiantes sont réprimées. Les images de policiers anti-émeute interpellant des étudiants, à l’appel de dirigeants d’universités, ont fait le tour du monde. Et malgré l’évacuation par la police de leurs campements, le mouvement étudiant s'élargit. Partie de l’université Columbia à New York, cette vague de soutien aux Palestiniens et contre la guerre que conduit Israël dans la bande de Gaza a gagné nombre d’établissements, de la Californie au nord-ouest des États-Unis, en passant par le centre et le sud.

Aux quatre coins de France aussi, la police tente de mettre fin au soutien des campus au peuple palestinien. Début d’un sit-in à Sciences Po Paris, grèves de la faim, évacuation devant la Sorbonne : les actions sur les campus français se poursuivent.

À Paris, devant la Sorbonne, près de 300 étudiants venus de différents campus se sont réunis et ont organisé un campement d’une vingtaine de tentes. « Nous sommes tous des enfants de Gaza », « Palestine vivra, Palestine vaincra ! », ont scandé les manifestants, avant d’être délogés une heure plus tard par les forces de l’ordre. Le campus Jourdan de l’École normale supérieure a également été bloqué par des étudiants, alors qu’à Lille, l’Institut d’études politiques était fermé et les accès à l’École supérieure de journalisme (ESJ) bloqués. À Sciences Po Lyon, des étudiants occupaient un amphithéâtre.

Au lieu de calmer les esprits en poussant les voies diplomatique, Valérie Précresse, la présidente LR  de la Région Ile-de-France a déclarée vouloir supprimer les subventions à Science-Po Paris. Beaucoup préfèrent brouiller les cartes en hurlant à l’antisémitisme, feignant d'ignorer ce pourquoi les étudiants se rendent solidaires d'un antisionisme combattant la politique menée par Netanyahou.

Y compris dans leur propre pays, la politique du gouvernement israélien est de plus en plus isolée. En témoignent les multiples manifestations réclamant un véritable cessez-le-feu qui permettrait, dans un premier temps, de libérer les otages toujours retenus par le Hamas.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Gaza. Les étudiants solidaires

le 05 May 2024

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64