Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Pour une nouvelle société vers le progrès social

Les dimanches 30 juin et 7 juillet pour la première fois depuis 80 ans, l’extrême droite peut revenir au pouvoir et obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Le pays s'enfoncera alors vers une société raciste et homophobe avec des riches encore plus riches et des pauvres encore plu pauvres.

Face à ce scénario du pire, le Nouveau front populaire (NFP) propose d’écarter le projet discriminatoire du RN, de stopper les régressions sociales de la macronie et de renouer avec la justice sociale. Il s'engage dans une voie nouvelle ère de progrès social comme il a pu le connaître en 1936 et à la Libération.

Aujourd'hui, la France souffre, les coups de butoir imposés par la macronie font la part belle à l'extrême droite. Depuis la dissolution de l'Assemblée nationale et le risque d'arrivée au pouvoir de l'extrême droite, la gauche a su impérativement se rassembler. Elle se donnne pour mission de réparer sans tarder les désastres de la politique de régression sociale du président Macron et mettre en œuvre une politique de rupture.

Le NFP s'est bâti une feuille de route. Les mouvements syndical et associatifs ne s’y trompent pas. Ils estiment que le bulletin de vote NFP a un double intérêt pour les travailleurs de ce pays : arracher de nouveaux droits et rejeter l’extrême droite dans laquelle pas mal de nos compatriotes se sont réfugiés non pas par adhésion mais par colère contre la macronie. L’acharnement des conservateurs et commentateurs à démolir cette visée démontre que le chemin pris par les foramations de gauche est le bon !

L'enjeu de ces législatives

En décidant de dissoudre l’Assemblée nationale le 9 juin dans la foulée des résultats des élections européennes le président de la République Emmanuel Macron n’assume sa pas sa déroute ni les conséquences de sa décision. Il fait pire en renvoyant dos à dos ce qu’il nomme « les extrêmes » et tire ainsi un trait d’égalité entre d'une part, le Rassemblement national, parti fondé en 1972 par des collaborationnistes vichystes, des Waffen SS, des nostalgiques de l’OAS et, d'aut§re part le large camp progressiste dont leurs ancêtres furent souvent dans la Résistance. C’est un pas de plus dans la banalisation du RN et de ses idées racistes et de division de la société. Et un marchepied supplémentaire pour l’héritière de Montretout.

Car nul ne pourra dire qu’il ne savait pas : lundi 24 juin, le président du RN Jordan Bardella a exposé un programme dont le maître mot est la préférence nationale, cet euphémisme du racisme. Suppression du droit du sol, c’est-à-dire du fondement de l’identité de la France depuis le XVIe siècle auquel même Vichy n’avait osé toucher, c’est dire ; interdiction des emplois publics aux Français binationaux ; projet réactionnaire pour l’école avec la suppression du collège pour tous. Voici quelques-unes des politiques qui seront appliquées si le RN gouverne. Quant à ses promesses pseudo-sociales, elles sont renvoyées aux calendes grecques et sont aussi faméliques qu’antisociales avec, notamment, le démantèlement de la Sécurité sociale via les suppressions des cotisations patronales pour faussement augmenter le salaire net.

Mais rien n’est écrit d'avance. Ce scrutin national se noue dans 577 circonscriptions qui sont autant d’élections de terrain où chaque voix va compter. Le premier tour, ce dimanche, sera donc décisif et le taux de participation devrait être élevé. Le ministère de l’Intérieur fait état de plus de deux millions de procurations. Comment vont se dérouler les reports de voix et les appels à faire barrage à l’extrême droite au soir du premier tour ? La digue républicaine va-t-elle se lever ? Car selon toutes vraisemblances, le second tour va se jouer entre le Nouveau Front populaire et l’extrême droite.

Le mouvement social et citoyen qui appuie fortement le programme des gauches rassemblées, aura un rôle décisif pour empêcher le RN d’obtenir une majorité absolue qui se situe à 289 sièges et le faire reculer. L’espoir de voir abroger les réformes iniques des retraites et de l’Assurance chômage, d’un salaire minimum à 1.600 euros nets, d’une augmentation pour les fonctionnaires qui font partie des 150 propositions du programme du Nouveau front populaire peuvent changer la donne. L’enjeu de ces élections est doc triple : mettre un coup d’arrêt aux régressions sociales de la macronie, barrer la route du pouvoir à l’extrême droite et « écrire une nouvelle page de l’Histoire de France », comme le proposent les gauches. Une histoire qui serait à la hauteur de la République sociale et laïque.

Un nouvel espoir peut naître. Pour y parvenir, le vote, dimanche 30 juin, en faveur des candidats de la NFP doit donner un signe important pour aller vers le progrès social, ce vote devra se consolider le 7 juillet pour battre partout où ils se trouvent les candidats d'extrême droite.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Pour une nouvelle société vers le progrès social

le 28 juin 2024

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64