Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Perpignan. Les salariés grévistes jugés parce qu’ils défendent leurs droits.

Sankéo, c’est la société qui exploite les bus de la communauté urbaine, voyageurs et scolaires. C’est une société privée qui avait fait des promesses aux salariés, dont les conditions de travail sont difficiles, et qui n’en a tenues aucune, ni sur les salaires, ni sur le reste. Excédés, et comme c’est leur droit le plus élémentaire en démocratie, ces derniers ont organisé un mouvement social, perturbant durant quelques jours, comme l’on peut l’imaginer, le trafic et la vie des Perpignanais. Plutôt que de répondre aux questions légitimes, tant sur la sécurité des usagers que sur le pouvoir d’achat, la direction de Sankéo a traduit trente d’entre eux devant le tribunal. Ainsi, en ce mardi matin 25 avril, quatre ans jour pour jour du 25 avril 2013, après avoir accompagné Philippe Galano, lui aussi poursuivi par la justice parce qu’il refusait de se soumettre comme un vulgaire violeur aux tests ADN, rien n’a changé pour les salariés qui luttent, sont syndiqués et poursuivis. C’est pourquoi Françoise Fiter (Vice-Présidente du Conseil départemental), Patrick Cases (Conseiller régional) et Nicolas Garcia (Conseiller départemental). Ils se trouvaient sur les marches du palais de justice, au côté des syndicats, des salariés de Sankéo, pour soutenir les grévistes poursuivis et exiger leur relaxe. En attendant la sortie des « convoqués »« Punaise s’il y a Macron dans 15 jours à l’Elysée nous n’avons pas fini de manifester ! Et s’il y a Le Pen, il sera interdit de manifester au risque de se faire arrêter et/ou cogner dessus ! »

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64