Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Roger Hillel. Le temps presse

Le score de Jean-Luc Mélenchon constitue un événement inédit. C’est aussi une forte espérance et un point d’appui dans le combat pour la transformation sociale et écologiste. Le paradoxe, c’est que les forces qui, dans leur diversité, portent ce combat ne seront pas présentes au second tour de la présidentielle, et que cette disqualification pourrait se conclure par la victoire de Marine Le Pen et par une catastrophe aux élections législatives. La situation, dont la gravité ne peut être sous estimée, appelle deux types de réponses. D’abord, battre Marine le Pen dans les urnes le 7 mai, en utilisant le bulletin Macron, le seul qui lui sera malheureusement opposé. De ce point de vue, le résultat de la consultation organisée par la France insoumise n’est pas une bonne nouvelle. Qu’une très large majorité se soit prononcée pour le blanc, le nul ou l’abstention ne nous réjouit pas. Il fallait s’y attendre après le refus de Jean-Luc Mélenchon de se prononcer clairement. Ce désaccord peut être surmonté à condition que, et c’est le deuxième type de réponse, les gauches, les seules dont nous ne cessons de parler, convergent pour former une force combative et unie qui relayera à l’Assemblée nationale les luttes populaires qui ne manqueront pas de s’organiser contre la politique de Macron. Cela passe pour les élections législatives par la présentation dans chaque circonscription d’une candidature unique. C’est la seule façon de pouvoir en qualifier un maximum pour le second tour et l’emporter. Récemment, Jean-Luc Mélenchon a déclaré qu’il entendait s’engager à fond dans cette nouvelle bataille « avec la France insoumise et ses alliés ». Pourtant, La France insoumise ne semble pas disposée à envisager un accord « avec ses alliés », en particulier PCF et Ensemble, portant sur les 577 circonscriptions législatives (555 en France métropolitaine, 15 dans les départements d’Outre- mer, 7 dans les collectivités d’Outre-Mer), mais sur seulement un petit nombre d’entre elles. À l’heure où ces lignes étaient écrites nous ne disposions pas des résultats d’une deuxième rencontre qui pourrait aboutir à un accord large et national qui permette de gagner. La raison va-t-elle prévaloir ? Nous pensons, comme l’a déclaré il y a peu Clémentine Autain, porte-parole de Ensemble « qu’il serait raisonnable que la France insoumise, le PCF, Ensemble, et plus si affinités, s’entendent pour être à la hauteur de la situation. Tout le monde doit pouvoir s’y retrouver ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64