Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Jacques Pumaréda. Gramsci, au secours !

Les élections se suivent et se ressemblent. Elles confirment, en Italie, la poussée de la droite et de l’extrême droite et la déconfiture de la social-démocratie incarnée par Matteo Renzi. Qui se souvient de son accession au pouvoir en 2011 ? Celui qu’on a présenté à l’époque comme le jeune quadra moderne, européen convaincu, décidé à réformer à marche forcée le marché du travail, la coqueluche de tous les médias bien pensants. Cela ne vous rappelle-t-il pas quelqu’un ? Le mouvement 5 étoiles confirme sa première place avec 32,6% des suffrages. La ligue du Nord, une force d’extrême droite prend la tête de la droite avec 17,4% des voix. à elles deux, les forces populistes obtiennent environ 50% des suffrages. Comment cela est-il devenu possible ?

Y a ceux qui disent comme Mme Najat Vallaud-Belkacem que le parti socialiste a perdu la « bataille culturelle » autrement dit la bataille des idées. C’est un peu court Madame. C’est un argument qu’on retrouve souvent à gauche, il découle d’une lecture hâtive d’Antonio Gramsci et de son concept d’hégémonie culturelle. S’imaginer qu’il suffirait de remporter la bataille des idées pour que le système change, c’est s’exposer à des désillusions. Y a ceux qui disent que l’humanité se divise en deux groupes, les 1% les plus riches qui captent l’essentiel des bénéfices de la croissance et les 99% restants (le peuple) qui pâtissent d’inégalités toujours plus vertigineuses. Dans ce rapport de forces, le capital va bien sûr tomber. « Wait and see ». Y a ceux qui se demandent quelles classes sociales ou coalitions de classes seront les vecteurs du changement ? Quels contours d’un bloc social à venir ? Gramsci est clair quand il parle d’« un front culturel à côté des fronts purement économique et politique ». C’est là sa grande idée : la capacité d’un parti à forger et à diriger un bloc social élargi en éveillant la conscience de classe. Pour Gramsci, le syndicaliste se trouve souvent en première ligne sur « le front culturel » par les luttes qu’il organise, il fait évoluer le rapport des forces et laisse entrevoir la possibilité d’un autre monde. Et si tout commençait le 22 mars…

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64